Une référence du vitrail en Anjou : près de deux siècles d’histoire

 

Le génie du dessinateur, les mains expertes des vitraillistes maniant le plomb et le verre multicolore, puis un éclat de lumière… Ainsi renaissent et naissent vitraux anciens et créations.

Du secret de l’atelier à la révélation au grand jour, depuis près de 200 ans, les ateliers Barthe-Bordereau perpétuent l’art du vitrail, basé sur un savoir-faire séculaire.

 

Héritiers de vitraillistes renommés

 

Maurice Bordereau chez ses grands-parents, en cerf-volant aviateur, vers 1885. Coll. part.

Auguste Alleaume leur doit son apprentissage et d’autres grands noms du vitrail français lui sont associés : Louis Truffier, Jean Clamens, René-Victor Livache, ou encore Georges Merklen. Barthe-Bordereau, vitrailliste de référence en Anjou, doit sa renommée à ces illustres maîtres-verriers, qui ont poursuivi l’aventure entreprise par Charles Thierry, fondateur à l’aube du 19 e siècle.

Ce ferblantier-vitrier mit à profit ses années de captivité en Angleterre (après la bataille de Flessingue en 1809), pour s’initier à l’art du vitrail, sur le site du château de Porchester. De retour en France, ses talents sont remarqués par la Comtesse de Serrant, qui lui permet de se former au dessin. Les premiers vitraux répertoriés de Charles Thierry ornent la porte du Château de Brezé (Maine-et- Loire). Ils sont datés de 1928.

Quelques années plus tard, 1836 marque la première implantation d’un atelier à Saint Georges-sur- Loire, transféré dix ans plus tard par Charles Thierry « fils » à Angers. Dès l’origine, nos ateliers sont étroitement liés au patrimoine angevin, qui compte 42 églises ornées de verrières Thierry, père et fils. Leurs successeurs renforceront leur réputation, au-delà des frontières de l’Anjou.

C’est en 1934 que Maurice Bordereau, associé à Paul Barthe, prend en main la destinée de la fabrique de vitrail. Il succède à son père Charles, petit-fils de Louis Truffier, compagnon de la première heure du fondateur Charles Thierry. La transmission familiale est ainsi assurée, jusqu’à l’arrivée de Michel Rollo en 1964. Il crée la SARL des anciens ateliers Barthe Bordereau, transmise à son fils Philippe Rollo en 2000. Dix ans plus tard, l’atelier est transféré rue Esnault-Dufresne et cédé en 2016 à Benoît de Pontbriand, actuel directeur.

Dates clés
  • 1846

    Fondation du premier atelier de vitrail

    Charles Thierry fonde son atelier de vitraux à Angers 20, rue d'Orléans (devenue Paul-Bert). Il fait appel à Louis Truffier (grand-père de Charles Bordereau) vrai peintre-verrier parisien avec qui il s'associe. Ainsi débuta la suite innombrable de vitraux angevins des XIXe et XXe siècles que le touriste trouve dans les églises de l'Ouest et plus loin, jusque dans la banlieue de New-York.

  • 1880

    Période Truffier-Bordereau

    Les associés fondateur se séparent et Truffier s'en va 17 place du Pélican, s'adjoint Magnen, figuriste-verrier, puis Jean Clamens, toulousain de Paris, et enfin son gendre Charles Bordereau. En même temps se construisent les beaux ateliers récemment disparus de l'angle du Bd du Roi-René et de la place du Château. (Kennedy) le groupe Megnen-Clamens-Bordereau s'y installe en 1880 il rayonnera jusqu'aux Etats-Unis. Les Ateliers Barthe Bordereau Vitraux d'Art, sous Meignen, Clamens et Bordereau, avaient une succursale à New-York et à Paris et comptaient une centaine de personnes.

  • 1934

    Période Maurice Bordereau

    Après la succession de Charles Thierry puis des maîtres verriers angevins renommés (Merklen, Meignen, Clamens, Desjardins, Ch. Bordereau) qui ont assuré la tradition et la continuité de l'atelier, Maurice Bordereau prend la destinée de la maison familiale installée à l'époque au 1 bd du Roi René à Angers.

  • 1964

    Période Michel Rollo

    Michel ROLLO prend la direction de l'atelier en succédant à Maurice Bordereau et Paul Barthe. Cette année-là, l'entreprise déménage rue Saint-Aignan (face au Château d'Angers). Il créé la SARL des anciens ateliers Barthe-Bordereau en 1972.

  • 1981

    Déménagement des ateliers

    L'évolution de l'entreprise demande des installations plus adaptées, c'est l'aménagement des locaux au 20 rue Florent Cornilleau.

  • 1998

    Période Philippe Rollo

    Reprise de Barthe Bordereau par Philippe ROLLO qui succède à son père.

  • 2016

    Période Benoît de Pontbriand

    Reprise des ateliers par Benoit de Pontbriand qui perpétue ainsi l'histoire de Barthe-Bordereau.